INTRODUCTION

Dans la distribution traditionnelle des devoirs et des rôles, la femme était préposée au domaine privé, l’homme au domaine public. Les femmes, privées de toute initiative, ne pouvaient faire activement l’histoire ni déterminer la vie culturelle. Du Moyen Age au 20e siècle, on jugeait « peu convenable » pour les femmes de faire de la musique et de composer. 

Dans toute l’histoire de la musique et jusqu’à une époque avancée du 20e siècle, l’éducation musicale des jeunes filles et des femmes a été considérablement plus réduite que celle des jeunes garçons et des hommes. 

Les femmes ayant reçu une éducation musicale vraiment approfondie furent de tout temps des exceptions. 

Au Moyen Age, à la Renaissance et à l’âge baroque, le compositeur était généralement un musicien professionnel. Comme les femmes, à l’exception des chanteuses à certaines époques, étaient exclues de la profession de musicien, elles avaient rarement l’occasion de jouer en public la musique de leur composition. Ne restait pour elles que le domaine privé où elles pouvaient interpréter leur musique dans leur propre entourage, familial ou amical. 

Heureusement aujourd’hui, les femmes occupent dans la vie musicale une place qu’on ne peut plus ni passer sous silence, ni minimiser. En ce début du 21e siècle, elles font partie prenante des concerts d’avant-garde.

Le Choeur des Emibois se fait un plaisir de rendre justice à ces femmes compositrices en inter-prétant les oeuvres de quelques musiciennes d’exception qui, grâce à leur forte personnalité, ont laissé leur empreinte musicale et ont signé des pages magnifiques pour notre plus grand bonheur.




RETOUR

 Contact administrateur