PROGRAMME

Le dernier concert du Chœur des Emibois qui présentait des œuvres de Gabriel Fauré, Felix Mendelssohn Bartholdy et de John Rutter a été très apprécié par les mélomanes et chaleureusement salué par la critique.
Sous l’impulsion de son nouveau chef de chœur, Pierre-Laurent Hæsler, l’ensemble vocal franc-montagnard recherche la finesse de l’interprétation, la beauté de l’harmonie des voix et ambitionne de ravir, d’une manière toujours plus subtile, l’oreille de l’auditeur.
Notre formation chorale est heureuse de proposer à l’occasion de son nouveau concert des œuvres magnifiques écrites par Georg Philipp Telemann, M.-A. Charpentier et Michæl Haydn.

Programme:

Georg Philipp TELEMANN           Halt was du hast
Marc-Antoine CHARPENTIER      Beatus vir qui timet
Michæl HAYDN                         Missa Tempore Quadragesimæ
Joseph HAYDN                         Du bists, dem Ruhm und Ehre

Accompagnement:
Violoncelle                               Agnès Mathieu
Orgue                                     Simon Péguiron



Georg Philipp TELEMANN

Compositeur allemand (1681 – 1767). Ces dates témoignent de la prodigieuse longévité de Georg Philipp Telemann, sans doute le compositeur le plus fécond de toute l’histoire de la musique. Il aura une formation autodidacte de compositeur mais aussi d’instrumen­tiste. Il jouissait d’une grande facilité d’écriture et d’inspiration.
Dès l’âge de 12 ans, Telemann écrit et fait représenter avec succès un opéra. Par les impulsions novatrices qu’il a apportées, il a puissamment marqué la musique de la première moitié du 18e siècle.
De son vivant, Telemann fut très célèbre. Sa musique était admirée dans tous les pays d’Europe. Mais, à l’inverse de Bach son contemporain, il tomba après sa mort dans un oubli profond.
Avec l’avènement du disque, la musique de Telemann a été redécouverte. Grâce à sa curiosité et à sa vivacité, G. Ph. Telemann nous a laissé d’innombrables partitions en passant de l’oratorio à la cantate, des Passions aux opéras, des concertos aux pièces de musique de chambre.
La musique de Telemann possède une fluidité naturelle qui lui a permis de conquérir un très large public.
Georg Philipp Telemann connut personnellement Hændel et Bach dont il fut le parrain d’un de ses fils, C. P. E. Bach.


Marc-Antoine CHARPENTIER

Compositeur français (1636 ? – 1704). Ses origines sont mal connues. Peut-être issu d’un milieu artistique, c’est sans doute pour étudier la peinture qu’il se rendit à Rome, mais c’est la musique qu’il y apprit, sous l’influence de Carissimi dont il sera l’élève pendant trois ans.
De retour en France, Charpentier va se consacrer presque entièrement à la musique religieuse puisqu’à l’époque Lully, musicien du roi Louis XIV, exerçait le monopole sur la musique de théâtre.
L’œuvre de Charpentier est immense et fort diverse. Il a laissé d’importantes œuvres pour la musique de théâtre, des cantates profanes et quelques opéras. Mais l’essentiel de ses œuvres est religieux : des messes, des oratorios, des motets et des psaumes…
La science harmonique de M.-A. Charpentier est remarquable. De par son écriture, il obtient une richesse expressive très subtile et forte, toujours au service de l’émotion. Sa liberté mélodique et son sens de l’ornementation vocale sont admirables. Les rythmes sont d’une variété exceptionnelle dans la musique française de l’époque.
Un des chefs-d’œuvre de Charpentier, le « Te Deum », illustre parfaitement la compo­sition musicale brillante, colorée et majestueuse de ce grand musicien.

Michæl HAYDN

Compositeur autrichien (1737 – 1806). Frère cadet de Joseph Haydn, il baigna dans la musique dès son enfance puisqu’il fit partie des petits chanteurs à la cathédrale Saint-Etienne de Vienne.
Au cours de sa carrière, il officie le plus souvent comme maître de chapelle auprès de différents employeurs. En 1768, il entre au service du prince-archevêque de Salzbourg, ville qu’il ne devait plus quitter. Il donna au petit Mozart ses premières leçons de contre­point, et fut jusqu’à sa mort un de ses plus fidèles amis.
Grand musicien, Michael Haydn ne le céda en son temps, parmi ceux qui évoluèrent aux alentours de Vienne, qu’à son frère Joseph et à Mozart.
Il fut surtout célèbre comme compositeur de musique religieuse, mais ses œuvres instrumentales profanes sont de toute beauté et ne manquèrent pas d’influencer Mozart. Son « Requiem en ut mineur » devait laisser dans celui de Mozart des traces très nettes.
Compositeur respecté, il comptera notamment parmi ses élèves Carl Maria von Weber.
Bien qu’il soit resté dans l’ombre de son frère Joseph, Michael Haydn est loin d’être un compositeur mineur. Franz Schubert ira même jusqu’à dire : « Personne sur terre ne vénère Michael Haydn plus chèrement que moi ».

RETOUR