GINO ZAMPIERI

METTEUR EN SCENE 

Né à Padoue en 1945. En 1955 sa famille émigre à Lausanne. En 1963 il commence son activité théâtrale au Théâtre Populaire Romand.

En 1964, il est au Grenier de Toulouse où il collabore avec Armand Gatti comme comédien et assistant à la mise en scène. En 1966 Gino Zampieri retourne en Italie et entre à l'école du Piccolo Teatro de Milan. Élève metteur en scène, il monte "Huis clos" de Sartre et "Adieu Jérusalem" de Charles Prost.

De 1980 à 1982 il est metteur en scène au Teatro Stabile di Genova et il enseigne à l'École de Théâtre du Stabile.

En 1983, sur proposition de Jack Lang, Armand Gatti ouvre un Atelier de Création Populaire à Toulouse et il demande à Gino Zampieri d'y diriger une école de théâtre avec succursale à Albi. En 1984 Maurizio Scaparro, directeur adjoint de l'Odéon Théâtre de l'Europe à Paris, dirigé par Giorgio Strehler choisit Gino Zampieri comme assistant. La même année, Scaparro est nommé directeur du Teatro di Roma et Gino Zampieri va le suivre à Rome comme assistant et metteur en scène permanent.

En 1988, Giorgio Strehler l'appelle au Piccolo Teatro di Milano. Il y travaille dix saisons et réalise plusieurs créations, ainsi que des reprises des pièces célèbres montées par Giorgio Strehler. Ces reprises ont donné lieu à des tournées un peu partout dans le monde. Gino Zampieri a en outre assisté Strehler dans plusieurs mises en scène d'opéras.

En 2001, il est nommé directeur du Théâtre Populaire Romand où il avait déjà monté La brillante soubrette de Goldoni en 1993. Depuis son arrivée il crée Harlequin serviteur de deux maîtres de Carlo Goldoni, Stratégie pour deux jambons de Raymond Cousse, Killer Joe de Tracy Letts, Hugo (hilarité bruyante sur les bancs de la majorité) avec Roger Jendly, Jenny-tout-court de Michel Beretti, avec Yvette Théraulaz, George Dandin de Molière, joué par les mêmes comédiens en français et en italien, La mienne s'appelait Régine de Pierre Rey et L’île des esclaves de Marivaux. De même, il joue l’adaptation du chef d’œuvre de Pirandello Un, personne et cent mille.

En 2004, suite à la fusion entre l'Association Théâtre Populaire Romand et la Fondation Musica-théâtre, il est nommé directeur artistique de la nouvelle institution : la Fondation Arc en Scènes.